Hôtel George V

Vous connaissez peut-être le chef en vogue en ce moment ? Maxime Frédéric, le jeune chef pâtissier et grand artiste du très grand palace four seasons George V. Il fait beaucoup parlé de lui de part son talent premièrement mais également avec son célèbre pain au chocolat et son feuilletage réalisé à la perfection. Âgé de seulement 28 ans il était très attendu au tournant à la tête d’un si grand palace, « trop jeune » « manque d’expérience », il a su relever le défi à la perfection et prouver à de nombreuses personnes que son talent est bien présent !

Le Tea time de l’Orangerie

Un endroit somptueux, je suis venue ici avec mon collègue Jérémy à quelques jours de la saint Valentin… C’est un lieu totalement hors du temps,c’était très fleuri, pour l’occasion il y avait des roses partout, je pense ne pas avoir  cessé une seule seconde de contempler l’endroit. C’est grand, luxueux, somptueux, je n’ai pas d’autres mots… Je n’ai testé que le tea time pour le moment et j’espère pouvoir vous proposer un autre article prochainement sur les magnifiques pains au chocolat du chef que je n’ai pas encore eu l’occasion de déguster.

Le tea time se prend de 15h-à 18h, vous n’êtes pas dans l’obligation de faire une réservation avant de venir mais je vous le conseil pour être sur d’avoir une place. Nous avons donc passés le hall d’entrée et un charmant jeune homme nous a aimablement débarrassé de nos manteaux. Après nous avoir installés, on nous amène les cartes avec un très large choix de gourmandises, du sucré,du salé, des mignardises, des viennoiseries, des petits fours, des boissons chaudes, des plats… et trois formules principales :

Le Thé Complet George V : 60€ (plateau de petites viennoiseries, mignardises et pièces salées)  c’est celui que nous avons décidés de prendre

Le Thé complet à la Française : 70€ (exactement la même chose mais avec une coupe de champagne en plus)

Le Thé complet célébration : 80€ (Un mélange entre le premier et  le deuxième avec un dessert du chariot à la carte en plus) 

Vous avez également le choix de prendre à la carte une pâtisserie du chariot (22€) le prix est à peu près similaire dans tous les palaces Parisiens. Mais également une boisson chaude (Thé, café, chocolat chaud grand cru) ou encore des plats salés. Pour ces derniers je ne me souviens pas du tout des prix, je vous prendrais la carte en photo lors de mon prochain passage qui ne devrait pas trop tarder… (Il faut quand même que je teste le pain au chocolat signature !) 

 

On nous apporte en tout premier lieu une sorte de cake à partager qui ressemble nettement à la texture des scones, il y a également pour le déguster de la confiture de framboise, de l’abricot et de la crème crue. (Personnellement je fais un petit mélange crème cru et confiture de framboise et c’est divin !)

Voici ensuite le plateau à 3 étages garni de nombreux mets qui donnent tous plus envie les uns que les autres ! Pour la boisson chaude, j’ai opté pour un thé vert aux notes d’agrumes et de poivre (je ne pourrais pas vous dire le nom, je ne m’en souviens plus, mais je crois que c’est l’un des meilleurs que j’ai bu de tous les palaces que j’ai fait !). Vous avez le plateau du bas qui contient des pièces salées, celui du milieu où il y a les pièces cocktail sucrées et le dernière étage avec les viennoiseries ! La Vaisselle en porcelaine est  un peu kitsch je trouve (avis personnel) mais ça n’enlève en rien le charme du lieu ! Le point positif que je retiendrais c’est que lorsque le serveur nous a apporté les plateaux nous avons eu le conseil de la dégustation, il nous a « en gros » expliqué dans quel ordre on devait commencer à manger. Je trouve ça plutôt sympa parce que souvent on commence par une chose qui a un gout plus prononcé et par conséquent la chose que l’on va goûté après va nous paraître plus fade, avec moins de gout. Du coup on a décidés de se prendre au jeu de commencer la dégustation comme il  nous l’avait conseillé.

Alors vu ma mémoire… Pour vous ressortir les compositions je vous promet que ça risque d’être très compliqué… Il y avait je crois un blini avec de la crème de chou fleur et du caviar, une brioche au charbon/ langoustine et gelée de citron, il y avait également un biscuit sablé (là je ne me souviens plus du tout du goût) et pour finir un feuilleté au foie gras parfumé à un alcool.. Oui, je remercie effectivement ma mémoire et je m’excuse auprès du chef et de son équipe… C’était pourtant excellent.

Là… Bizarrement je me souviens d’à peu près tout ! « Non mais Mégane, tu déconnes ! » Je vous fait un classement de ceux que j’ai le moins aimés à celui que j’ai adoré x1000 ! Le baba à l’abricot sans alcool (très bon mais je ne l’ai pas trouvé extraordinaire), le roulé exotique (Il me rappelait un peu les créations de Maxence Barbot au Plaza Athénée mais en moins gélifié) plutôt bon, pas énormément de textures mais le gout était là et la génoise (je pense que s’en est une) moelleuse et très bonne. Passons aux deux derniers… Qui va remporter le grand concours de mon cœur ? « Attends mais…Ce sont deux desserts au chocolat ! » ça vous étonne vous aussi hein ? Ouais… Moi aussi… Je me suis dit « non mais c’est pas possible »… Me faire aimer le chocolat ? A moi… Chapeau l’artiste ! J’ai beaucoup hésite entre les deux parce que franchement c’était serré… Au final c’est la religieuse chocolat-noisette qui m’a totalement conquise… Un goût parfaitement maîtrisé, le chocolat habille le praliné d’une manière subtile, il n’y a pas un jeu de texture de dingue mais le gout est là, la crème est parfaite et onctueuse, cette petite religieuse était une vraie merveille et très sincèrement j’aurais bien voulue qu’elle soit plus grosse…. En deuxième place j’accueille la tarte chocolat-orange, un classique vous allez me dire ? Mais un classique maîtrisé à la perfection, une pâte croustillante à souhait, une crème onctueuse et parfumée très subtilement… On sent tout d’abord le gout du chocolat fort et puissant et l’orange vient se déposer sur nos papilles comme une douce brise de printemps (Super la comparaison !). Je pense vraiment que quelque chose de réussi doit être  subtile, d’abord on sens l’élément principal, et puis ensuite le reste vient nous chatouiller doucement, c’est ce qui fait toute la finesse et la maîtrise de cette tarte.

Mini kouglof, Madeleine et cookie. Voici les trois viennoiseries du plateau. Le kouglof était vraiment bon, un merveilleux gout de vanille, une enveloppe craquante, une pâte a brioche moelleuse et parfaitement alvéolée… Ce fut un sans faute ! La Madeleine au miel de châtaigner était déjà parfaite esthétiquement, bien gonflée, moelleuse…. Et finalement au gout encore plus fabuleuse. On ne sentait pas trop le miel mais juste suffisamment pour ne pas qu’elles soient trop sucrée ou trop écœurantes, le miel de châtaigner étant l’un des plus puissants en goût, je trouve ça ingénieux de l’avoir mis dans une madeleine pour encore plus de saveurs. Le cookie quant à lui ne m’a pas vraiment emballé… J’en entendait parlé depuis pas mal de temps et je me suis dit « cool je vais enfin pouvoir le goûter… Et non… Je ne dirais pas que c’est un flop total, Jérémy lui, l’a aimé… La texture était très bonne mais je l’ai trouvé beaucoup trop sucré, il y avait du caramel fleur  de sel au-dessus et c’est typiquement le genre de cookies que je n’aime pas, tout d’abord parce que tout le monde fait ça et ensuite parce que ça ajoute du sucre plus qu’il ne devrait y en avoir. Je ne dirais pas qu’il est mauvais parce que c’est faux, il n’est seulement pas à mon goût.

Je ne finirais pas l’article sur une note négative, ce tea time est exceptionnel, le personnel est chaleureux et très aimable, l’endroit est juste magnifique et c’est une certitude que j’y reviendrais très prochainement… C’est bientôt l’anniversaire de quelqu’un qui compte beaucoup pour moi alors… peut-être que… Je vous souhaite une très bonne semaine et surtout beaucoup de belles découvertes culinaires ! N’hésitez pas à me les partager, je serais ravie de découvrir de nouvelles choses !

📍 Hôtel Four seasons George V, 31 avenue George V, 75008 Paris

Les citations de Mégane :  La pâtisserie et l’amour c’est pareil, une question de fraîcheur et que tous les ingrédients,même les plus amers, tournent au délice.

Christian Bobin

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *